Wiki Guy de Rambaud
Advertisement

.

.

.

.

.

                                                Mast (Forêt-Noire)

.

.

.

.

.

Les Mast : un cabinet de curiosités familiales, du Dr Daniel Zimmer... nos ancêtres alsaciens et rhénans.

Le plus important et septentrional des cinq fiefs de Huzenbach, le Hof auf dem Huzenberg' ou - comme on l'appelle de nos jours - le Bühlerhof appartient en 1588 à Benedict Mast[1].

Der Lehenshof auf dem Huzenberg (le fief de la cour sur le Huzenberg)[2] est en face du Königswart.

Ruines du château du Königswart (de nos jours à Baiersbronn).

Martin Mast est le patron de l'auberge Gasthof Sonne.

Les Mast (de la Forêt Noire) sont originaires de Huzenbach (fondé en 1289), car on y trouve un premier Benedict Mast (ca 1500 - après 1530), fils d'un Harry Mast (° 1470), et marié à Brigitta Bernhardina (ca 1505 - après 1530), parents de Christoph Stoffel Mast (ca 1530 - 1600). Certes les Mast deviennent luthériens, mais les protestants bannis d'Autriche ne s'implantent à Baiersbronn la catholique qu'à la fin du XVIe siècle[3]. Huzenbach et Röt sont dans la sphère d'influence du monastère de Reichenbach, fondé après mai 1082. Mast est un nom de famille qui est un sobriquet désignant un homme corpulent, replet. Les Mast s'installent ensuite à Oppenau, avant de devenir bourgeois de Brumath en Alsace.


Pendant des siècles, les habitants de Huzenbach vivent principalement de l'industrie du bois, de l'élevage, des activités pour le monastère de Reichenbach ou le château pour la chasse des Tübingen, le Kønigswart, et des revenus de l'exploitation d'une mine d'argent et de fer, située à Schönegründ (commune de Baiersbronn). Puisque le comte palatin de Tübingen, en tant que souverain, a également le droit de tutelle. Il exerce naturellement cette activité depuis le Königswart, qui est idéal pour cela du fat de son excellent emplacement.

Si Benedict Mast Senoris (ca 1555 - 1618) possède le plus important et septentrional des cinq fiefs féodaux de Huzenbach, le Hof auf dem Huzenberg (ou - comme on l'appelera plus tard - le Bühlerhof), c'est peut-être qu'il a des liens avec la petite cour du château. Comme il possède une arme de grande valeur pour un paysan, il est possible qu'il chasse ou protège ses comtes[4]. Benedict Mast Senoris (ca 1555 - 1618) se marie, le 1er novembre 1581 à Huzenbach, avec Brigitta Sdatter (1555 - 1611). Sdatter est un patronyme norvégien ou danois qui veut dire fille de. Dans ce royaume la réforme luthérienne est décidée dès 1537. Baiersbronn n'accueille peut-être pas que des réfugiés luthériens mais aussi des pasteurs et prévôts d'origines scandinaves, comme les Frey/Friis qui sont originaires de Ribe et Odense au Danemark.

Martin Mast (après 1581 - 1619), un des fils de Benedict Mast Senoris est Schultheiss (prévôt) de Röt dès 1604[5]. Martin est aussi Schütze (garde) et possède une propriété d'importance moyenne, d'une valeur de 750 florins. Sa femme hérite d'une ferme en 1612 sur le Huzenberg, le Christenmichelshof, à côté de celle de Benedict Mast, le père de Martin.

Un de leur fils Hans Mast (1599 - 1638), né à Röt, est mentionné comme bourgeois en 1617. Il est décédé le 21 juillet 1639 à Klosterreichenbach[6]. Hans Mast est l'aubergiste de l'auberge du monastère de Klosterreichenbach, boucher et avocat. Hans Mast se remarie, à Klosterreichenbach, en 1632, avec Magdalena Frey (1604 - 1683), fille de Georg Frey (1575 - 1611), Schultheiß (prévôt) de Schwarzenberg dès 1598. C'est un riche propriétaire foncier dans le village de Schwarzenberg. Sa veuve, Anna Schumacher, se remarie avec l'oncle de Hans Mast, Peter Mast, Schultheiß (prévôt) de Schwarzenberg, le 26 novembre 1611[7]. Magdalena Frey (1604 - 1683) est la petite-fille d'un pasteur Christianus Frey/Frii (1543 - 1623), originaire d'Odense au Danemark. Il est le fils de Thomas Friis, marié à sa tante par alliance Karen Lauridsdatter Kottis. Christianus Frey/Frii est le petit-fils de Hans Frii - maire d'Odense - et de Mette Lauridsdatter, veuve du marchand et échevin Jørgen Knudsen Seeblad. La source de cette généalogie est l'Annuaire de la noblesse danoise de 1994.

Martin Mast (1632 - 1675) est Sonnenwirt (aubergiste au Sonne) à Oppenau, Stabhalter (prévôt), boucher. La première épouse de son beau-père, le 14 juillet 1631 est exécutée comme sorcière à Oppenau. Dans le bourg d'Oppenau, plus de 10 % des habitants sont exécutés en quelques années[8]. En réalité pas moins de 50 personnes sur 650 en moins de 9 mois[9]. Malgré cela le duc Eberhard von Württemberg inféode Hans Georg Vischer d'Oppenau avec l'auberge sur le Kniebis. Signature archivistique, le 12 mai 1650. Fischer/Vischer est le Upper Host d'Oppenau avec l'auberge Gasthof Sonne, la plus importante de la ville. L'Oberer Wirt est l'aubergiste du Sonne, Georg Fischer (aussi : Vischer) jusqu'en 1632[10].

Johann Georg Mast se marie, le 27 juin 1680, à Oppenau avec Kunigunda Neef (1652 - 1684), petite-fille d'un aubergiste et maître boucher. A l'origine les Neef sont une famille de petite noblesse connue dans la région de Schramberg depuis le XVe siècle. Ils sont Vogten (intendants d'un Landvogtei) ou Lehensträgeren (vassaux héréditaires). Ce Mast, et sa première épouse, passent quelques années à Kniebis, un village près de Baiersbronn, où il est aubergiste. Hans Jörg arrive à Brumath entre 1684 et 1685, depuis Oppenau. Sa présence est avérée à Brumath en 1685 : Hans Jörg der Metzger achète une vigne au Betzenberg à Brumath[11]. Les prés gras de la vallée de la Zorn sont réputés et les Mast sont maitres bouchers et également marchands de bestiaux. Il se marie avec Eva Lamprecht (fin 1684/1685), fille de Möbs Lambrecht mentionné parmi les bourgeois de Brumath, dans le tiers médian quant à la fortune, mentionné en 1674.Johann Georg Mast est décédé le 8 septembre 1716 à linx, à l'âge de 62 ans. Eva, sa veuve, se remarie le 30 novembre 1730 à Geudertheim, à côté de Brumath, avec Jacob Ritter, un aubergiste de 76 ans (né en 1653 comme Mast), qui décède un mois plus tard. Ces Ritter ne sont pas les mêmes que ceux alliés aux Mast. Il s'agit des Ritter qui sont les ascendants de Jacques Kablé, le député protestataire alsacien de 1870.

.

.

.

.

.

Certains Mast sont les patrons de l'historique Kloster-Gasthof, devenu le Sonne-Post, que l'on voit ici avant le début des travaux de rénovation.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES MAST DE LA FORÊT NOIRE[]

.

Les Mast vivent à Baiersbronn (Huzenbach, Huzenberg, Röt Klosterreichenbach... ), puis à Oppenau avant de devenir des bourgeois de Brumath, en Alsace.

.

.

.

.

.

BAIERSBRONN[]

.

La cour du monastère de Klosterreichenbach, en 1300.

Confluent du Rechtmurg (en haut à gauche) et du Rotmurg à Baiersbronn. Le fief du Hof auf dem Huzenberg est sur les bords de la Murg.

La forêt de Baiersbronn sur une carte de Georg Gadner, vers 1600.

Huzenbach.

Au nord de la Haute Forêt Noire, Baiersbronn est une charmante bourgade. Longée par la célèbre route des crêtes. Elle compte 550 km de chemins de randonnée et abrite cinq lacs glaciaires.

La fondation du monastère bénédictin de Reichenbach, à Baiersbronn, remonte à une donation au monastère de Hirsau. Le fondateur est un homme nommé Bern, dont on ne sait rien d'autre. Selon le livre de donation de Reichenbach, en mai 1082, trois moines et cinq frères convers du monastère de Hirsau se sont rendus dans le nord de la Forêt-Noire jusqu'au confluent du Reichenbach et de la Murg. Les propriétés du monastère bénédictin de Reichenbach proviennent, elles-aussi, à l'origine de donations au monastère de Hirsau. Les possessions sont principalement des deux côtés de la vallée de la Murg, sur le haut Neckar, sur le haut Nagold et en partie en flottement libre dans la basse vallée du Rhin et le bas Neckar.

Huzenbach est mentionné pour la première fois dans un document en 1289, lorsque le comte palatin Ludwig von Tübingen cède tous ses droits sur ce domaine le long de la Murg au monastère de Reichenbach[12]. Pendant des siècles, les habitants de Huzenbach vivent principalement de l'industrie du bois, de l'élevage, des revenus dus au monastère de Reichenbach ou au château pour la chasse des Tübingen, le Kønigswart, et des revenus de l'exploitation d'une mine d'argent et de fer, située à Schönegründ (commune de Baiersbronn). Le village de Huzenbach est composé en 1676 de 25 fermes dispersées sur des collines[13]. Le développement du commerce du bois permet à Huzenbach de grandir jusqu'à atteindre en 1789 plus de 200 fermes[14], ce qui démontre que les habitants sont très actifs et ont le sens du commerce.

Baiersbronn, qui appartient au Wurtemberg depuis 1320, est mentionné pour la première fois dans un document en 1292. Une première école est fondée en 1627.

Dans la haute vallée de la Murg, les gens s'installent traditionnellement dans des fermes individuelles. Baiersbronn, situé à 521 mètres, compte plus de 130 hameaux ou fermes. C'est là que commence la vallée du Murg proprement dite. Elle s'y forme de la réunion du Forbach et des deux Murg Rouge et Blanc[15].

Autrefois, les habitants de Baiersbronn et ses environs sont souvent surnommés les Halsbärt, ou cous barbus. Ce surnom tire son origine du fait que le rasage est alors pratiquement inconnu en Forêt-Noire[16].

Sur les hauteurs du Schwartzwald, à Freudenstadt, se refugient, au XVIe siècle, les protestants bannis d'Autriche. Mais c'est finalement à Baiersbronn pourtant catholique qu'ils s'implantent[17].

.

.

.

.

.

Baiersbornn regroupe plusieurs villages du nord de la Forêt-Noire.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES MAST DE BAIERSBRONN[]

.

Au moins six générations six générations de Mast vivent dans des villages qui de nos jours dépendent de Baiersbronn, depuis Harry Mast (°1470).

.

.

.

.

.

Ire GÉNÉRATION[]

.

Huzenbch : des forêts profondes et le magnifique Huzenbacher See.

Le vallon du Huzenbach.

Le premier Mast dont on est sur est Benedict Mast (ca 1500 - après 1530), fils d'un Harry Mast (°1470), marié à Brigitta Bernhardina (ca 1505 - après 1530). Ils sont de Huzenbach (Baiersbronn).

Benedict Mast (ca 1500 - après 1530), fils d'un Harry Mast (°1470), marié à Brigitta Bernhardina (ca 1505 - après 1530) ont un seul fils connu :

Christoph Stoffel Mast (ca 1530 - 1600).

Ce sont certainement des paysans qui vivent au fond des bois, car un Stoffel c'est le surnom des paysans, voir des ploucs. De Schwarzenberg à Huzenbach, il y a un quart de lieue. Les montagnes s'élèvent de plus en plus et deviennent plus stériles à mesure qu'on avance. La situation du village de Huzenbach est un peu moins sauvage[18], mais l'habitat est dispersé. Près de la Murg même dont les bords deviennent toujours plus étroits et plus sauvages, est situé à gauche le village de Huzenbach, situé à côté d'une montagnr qui fait 959 mètres, mais surtout composé de 25 fermes dispersées sur des collines[19]. Dans ce coin de la Forêt Noire on trouve peur de végétation, des masses de rochers nus, une couleur toujours plus foncée des sapinières, la solitude ...

.

.

.

.

.

IIe GÉNÉRATION[]

.

Bad Mergentheim au XVIIe siècle.

Christoph Stoffel Mast (ca 1530 - 1600) est d'Huzenbach, mais marié à Anna Barbara Beck (1530 - après 1555), née le 28 juillet 1530 à Bad Mergentheim, siège de l'Ordre teutonique. Anna Barbara Beck est la fille de Gottlieb Beck né dans cette ville en 1512 et marié à Louisa Ether Spechtin.

Christoph Stoffel Mast (ca 1530 - 1600) et Anna Barbara Beck (1530 - après 1555) sont les parents de Benedict Mast Senoris (ca 1555 - 1618). Comme Bad Mergentheim est le siège de l'Ordre teutonique, il est aussi possible que l'arme de grande valeur pour un paysan que possède Benedict Mast Senoris soit un héritage de la famille de sa mère.

.

.

.

.

.

IIIe GÉNÉRATION[]

.

Vue du Huzenberg jusqu'au Silberbuckel, en 1994 (en bas à gauche : l'ancien Lehenshof"" (fief Féodal des Mast) auf dem Hutzenberg ; et en haut au milieu Seldnerhof, appartenant aux descendants du couple Wurster-Mast)[20].

Le Hof auf dem Huzenberg entre les villages de Scharzwald et Huzenberg et sur l'autre rive du Mug le château pour la chasse, le Kønigswart.

Huzenbachn registre d'appel de 1588 : Moritz Wackenhut et Benedict Mast sont armés d'un Lang Rohr (des épieux)[21].

Des hommes armés d'épieux lors d'une partie de chasse. Tapisserie du XVe siècle.

Après avoir laissé le village de Schwarzenberg on dépasse les ruines du château bati pour la chasse en 1209 par le comte Rodolphe de Tübingen (ca 1160 - 1219) sur le Schlossberg, le Kønigswar, puis on arrive à Huzenbach.

Le premier propriétaire du plus important et septentrional des cinq fiefs de Huzenbach, le Hof auf dem Huzenberg ou - comme on l'appela plus tard - le Bühlerhof, est Benedict (Benoît) Mast Senoris' (ca 1555 - 1618). C'est la seule des trois cours d'origine qui est restée indivise jusqu'au XIXe siècle, et c'est la plus grande. Son propriétaire vers 1840, le maçon Georg Friedrich Bühler. Il possède encore plus de 30 acres de terrain compact sur le Huzenberg.

A partir des données biographiques de ses fils, on peut déduire approximativement l'année de naissance de Benedict Mast Senoris' (ca 1555 - 1618). Cela doit être aux alentours de 1550. En 1588, un projet de liste conservé, nous montre qu'il semble déjà être le propriétaire de la ferme. Comme il possède une arme de grande valeur pour un paysan, c'est peut-être qu'il chasse ou protège ses comtes. Ou alors il est un grand propriétaire terrien, ce qui ne semble pas le cas. Quoique sa ferme a une maison seigneuriale de 213 m² pour la partie habitable et 147 m² pour la partie économique et un escalier extérieur aménagé, qui mène à l'étage supérieur[22].

En 1595 : Sur ordre du duc Friedrich Ier, le monastère de Reichenbach est vidé de ses moines suite à la Réforme. Les habitants des villages autour du monastère deviennent protestants ou le sont déjà.

Benedict Mast s'est marié deux fois :

Sa première femme, épousée le 1e novembre 1581 à Huzenbach, est Brigitta Gabrielsdatter (1555 - 1611). Sdatter est un patronyme norvégien ou danois qui veut dire fille de. Dans ce royaume la réforme luthérienne est décidée dès 1537. Baiersbronn n'accueille peut-être pas que des réfugiés luthériens mais aussi des pasteurs scandinaves, comme les Frey/Friis qui sont originaires de Ribe et Odense au Danemark. Gabrielsdatter est un nom assez répandu en Norvêge.
Quand elle décède le 17 décembre 1611 à Huzenbach, Benedict se remarie avec Barbara Zahnd, veuve de Martin Ziflen de Röt, en 1613. Nous ne connaissons pas les origines familiales de l'une ou l'autre femme.

En novembre 1618 meurt Benedict Mast senior, Fermier sur le Hutzenberg. Concernant les circonstances de sa mort, le pasteur note dans les registres paroissiaux :

la main de Dieu l'avait appelé pour la troisième fois.

Cela pourrait indiquer trois crises cardiaques. En supposant sa date de naissance vers 1555, Benedict Mast vit jusqu'à 63 ans, ce qui n'est pas improbable.


Benedict Mast Senoris (ca 1555 - 1618) et Brigitta Sdatter (1555 - 1611) ont plusieurs enfants dont, selon le Docteur Daniel Zimmer : Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Martin Mast (après 1581 - 1619)[23].

.

.

.

.

.

Les premiers propriétaires de la ferme du Huzenberg (Bühlerhof).

.

.

.

.

.

IVe GÉNÉRATION[]

.

Un Schultheiß (prévôt) au XVIe siècle.

Martin Mast (après 1581 - 1619) est le Schultheiss (prévôt) de Röt dès 1604.

À la mort de Benedict Mast il y a au moins quatre fils du premier mariage encore vivants et peut-être aussi des filles, mais ceux-ci ne peuvent pas être vérifié. Ils sont tous nés avant 1603, c'est-à-dire avant les registres paroissiaux. L'apparition occasionnelle de la mention sur le Huzenberg est caractéristique des propriétaires du Bühlerhof. On retrouve cet attribut chez Benedict Mast senior, chez Peter Mast en 1635, mais aussi chez Hans Mast, par exemple le 9 mai 1624 dans le registre de baptême comme parrain. On peut en conclure que Hans Mast est le propriétaire du Bühlerhof entre son père et son frère Peter, et n'a bien sûr possédé la ferme que pendant une courte période.

Martin Mast (après 1581 - 1619) n'hérite donc pas du Hof auf dem Huzenberg. Dans la liste des armes en possession des habitants des villages dépendant du monastère de Reichenbach, en 1595, il est un jeune Schütze (garde) à Röt et possède une arquebuse à crochet, ce qui est le signe qu'il possède une propriété d'importance moyenne[24].

Martin Mast est Schultheiss (prévôt) de Röt dès 1604 et il possède une propriété d'importance moyenne, d'une valeur de 750 florins. Dans le registre d'imposition de 1612 il figure et est Schultheiss (prévôt) de Röt[25]. En 1427 : Röt compte environ 25 fermes, un chiffre qui ne sera pas dépassé avant env. 1750[26].

Martin Mast (après 1581 - 1619) se marie vers 1596 avec Martha Brickel (1782 - 1859) de Huzenbach, décédée le 31 mai 1659, héritière du Christenmichelshof à Huzenbach. Mais son père, Ludwig Brickel ne décède qu'avant octobre 1612. Ele possède donc cette ferme sur le Huzenberg, le "Christenmichelshof", à côté de celle de Benedict Mast, le père de son mari. En 1612, cette ferme et les biens en dépendant sont en indivision entre Martha Brickel épouse Martin Mast, Georg et Jacob Brickel. Martha Brickel est la fille de Ludwig Brickel et de Marttha Schlaiben, fille de Georg, d'Hesselbronn, une ville au nord de la Forêt Noire.

Martin Mast est décédé entre le 1er octobre 1619 et le 15 décembre 1619 à Klosterreichenbach.

Martin Mast (après 1581 - 1619) et Martha Brickel (1782 - 1859) sont les parents de Hans Mast (1599 - 1638).

.

.

.

.

.

Ve GÉNÉRATION[]

.

Le Gastherberg du monastère devenue l'Hôtel Sonne-Post (1999)[27]]. Des Mast sont les aubergistes de l'abbaye.

Klosterreichenbach.

Thomas Friis et Karen Lauridsdatter sont les parents de Christen Thomsen Friis, pasteur et théologien et Christianus Friis/Frey pasteur.

Braunius Carte d'Odense en 1593, ville dont les Friis sont bourgmestres ou pasteurs.

Leur petite-fille, Anna Katharina Mast, se marie avec François de Saint Lo, bailli de la noblesse de la Basse Alsace en 1687[28].

Hans Mast (1599 - 1638), né à Röt, est mentionné comme bourgeois en 1617[29]. Hans Mast est l'aubergiste de l'auberge du monastère de Klosterreichenbach, qui ne sert plus à prendre soin des moines du monastère évacués, en 1595, sur ordre du duc Frédéric Ier, du fait de la Réforme. Avec les moines presque tous les catholiques sont expulsés de Reichenbach et longtemps il n'y a donc qu'environ 40 habitants. Afin de favoriser l'installation de nouveaux citoyens, il est décidé entre 1620 et 1651 de vendre les terrains et les bâtiments du monastère, tels que le moulin du monastère et le Meierhöfe, à un prix raisonnable.

Si la guerre des Paysans allemands (1524/1526) passe pratiquement inaperçue à Röt et Klosterreichenbach, la guerre de 30 ans (1618 – 1648) touche ces villages luthériens dans toute son horreur. En 1634 : les troupes impériales occupent la vallée de la Murg et un Rittmeister (grade d'officier de cavalerie) cantonné à Röt impose à la population souffrante des taxes exorbitantes[30]. La peste fait de nombreuses victimes.

Hans Mast (1599 - 1638) est aussi boucher et avocat.

Hans Mast (1599 - 1638) se marie, avant 1632, d'abord à Christina N (ca 1600 - avant 1632) qui fait un don de dix florins or à l'hôpital[31].

Hans Mast se remarie, à Klosterreichenbach, en 1632, avec Magdalena Frey (1604 - 1683), fille de Georg Frey (1575 - 1611), Schultheiß (prévôt) de Schwarzenberg dès 1598. C'est un riche propriétaire foncier dans le village de Schwarzenberg. En 1604 dans le rôle d'imposition, il possède les biens suivants : Hofgut : 2.100 florins, liquidités 50 fl., capitaux placés 295 fl., bétail 555 fl., créances 267 fl., ce qui fait un total de 3.267 fl., dont il faut retrancher 500 fl. de dettes, soit un solde de 2.767 fl. Cette fortune se monte à 3.000 fl. en 1607. Sa veuve, Anna Schumacher se remarie avec l'oncle de Hans Mast, Peter Mast, Schultheiß (prévôt) de Schwarzenberg, le 26 novembre 1611[32].

Magdalena Frey (1604 - 1683) est la petite-fille du pasteur Christianus Frey/Frii (1543 - 1623) et Walburga Handel de Dettingen an der Erms. Sa mère est originaire de Dettingen. Comme dans tout le Wurtemberg, la Réforme est introduite à Dettingen dès 1534. Christianus Frey/Frii (1543 - 1623) est un pasteur originaire d'Odense au Danemark. Il est le fils de Thomas Friis, marié à sa tante par alliance Karen Lauridsdatter Kottis. La source de cette généalogie est l'Annuaire de la noblesse danoise de 1994. Christianus Frey/Frii est le petit-fils de Hans Frii - maire - et de Mette Lauridsdatter, veuve du marchand et échevin Jørgen Knudsen Seeblad. Il existe de nombreuses théories sur la façon dont les Frey/Frii qui sont originaires de Ribe et Odense au Danemark sont une branche cadette issue des différentes familles nobles du même nom. Il existe deux théories sur la façon dont ils sont peut-être liés à la famille noble Friis de Hesselager ou Friis de Lundby.

Christianus Frey/Frii (1543 - 1623) est le frère de Christen Thomsen Friis, maire d'Odense, ancêtre de Johan Sverdrup (1816 - 1892) premier Premier ministre de la Norvège de 1884 à 1889, soit après l'introduction du régime parlementaire.

Hans Mast décède le 21 juillet 1639 à Klosterreichenbach[33].

Hans Mast et Magdalena Frey (1604 - 1683) sont les parents de Martin Mast (1632 - 1675) qui s'installe à Oppenau et de son frère, Johann Peter Mast, qui est installé à Sélestat dès 1651 et dont la fille, Anna Katharina Mast, se marie avec François de Saint Lo, bailli de la noblesse de la Basse Alsace en 1687[34].

.

.

.

.

.

Klosterreichenbach et l'auberge tenu par Hans Mast. Sa veuve se remarie avec Michel Braun, fils du prévôt de Schernbach, qui reprend l'auberge et en devient propriétaire en 1652.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

LES MAST D'OPPENAU[]

.

L'hôtel Saint-Lô et la maison Billex appartiennent au beau-père de la nièce de Martin Mast à Sélestat, François de Saint-Lô, bailli de la Noblesse de Basse-Alsace en 1687.

Les Mast quittent les villages autour de Baiersbronn, mais ne quittent pas le nord de la Forêt-Noire. Ils s'installent à Oppenau, en face de Strasbourg, au nord de la Forêt-Noire. Martin Mast (1632 - 1675) est d'ailleurs déjà le Schultheiss (prévôt) de cette ville pour le compte de l’évêque de Strasbourg, véritable suzerain de la ville[35].

Son frère, Johann Peter Mast, est installé à Sélestat dès 1651. Il est boucher, fournisseur de l'armée française et négociant en gros de viandes mais aussi épices. Martin envisage en 1654 de le rejoindre en Alsace. Johann Peter Mast fait des affaires avec le commissaire des guerres Jean de Saint Lo et il marie leurs enfants, François Saint Lo et Anna Katharina Mast. François de Saint-Lo est bailli de la noblesse de la Basse Alsace en 1687[36].

Comme on le voit les Mast sont déjà un peu Alsaciens.

.

.

.

.

.

VIe GÉNÉRATION[]

.

Martin Mast est le patron de l'auberge Gasthof Sonne, devenue nos jours un restaurant asiatique.

Fichier:Aamast33.png

Le 14 juillet 1631 le première épouse de son beau-père est exécutée comme sorcière à Oppenau.'

Borne sur la montagne Kniebis dans la Forêt Noire, en Allemagne. Frontière historique entre le duché de Wurtemberg et le margraviat de Bade. Le duc Eberhard von Württemberg inféode Hans Georg Vischer d'Oppenau avec l'auberge sur le Kniebis, en 1650.

Martin Mast (1632 - 1675) est né catholique, en 1632, à Klosterreichenbach, car les moines vers 1525/1535 reprennent transitoirement possession du couvent[37].

Martin Mast (1632 - 1675) se marie, le 1er février 1653, à Oppenau (donc dans l'Ortenau à l'époque situé dans le diocèse de Strasbourg), avec Anna Katharina Fischer (1636 - 1712), fille de feu Johann Georg Fischer, dit parfois Jerg Vischer (1607 - 1652) et d'Ursula Mörlin (ca 1610 - après 1652). Son beau-père est l'aubergiste du Sonnenwirt à Oppenau. Il est le fils d'un boucher et aubergiste à Oppenau, né à Strasbourg. Il se marie d'abord à Maria Erhard de Horb-am-Neckar. Le 14 juillet 1631 elle est exécutée comme sorcière à Oppenau. Dans le bourg d'Oppenau, plus de 10 % des habitants sont exécutés en quelques années[38]. En réalité pas moins de 50 personnes sur 650 en moins de 9 mois[39]. Le crime dont on accuse la femme de l'aubergistee c'est d'avoir tué rituellement un cochon avec une certaine Greta Schmidt.

Ursula Mörlin, sa seconde épouse, devenue sa veuve, épouse le 13 novembre 1652, à Oppenau Hans Jakob Ehrhart.

Le duc Eberhard von Württemberg inféode Hans Georg Vischer d'Oppenau avec l'auberge sur le Kniebis. Signature archivistique, le 12 mai 1650. Fischer/Vischer est le Upper Host d'Oppenau avec l'auberge Gasthof Sonne, la plus importante de la ville. L'Oberer Wirt est l'aubergiste du Sonne, Georg Fischer (aussi : Vischer) jusqu'en 1632[40]. Martin et son fils Johann Georg Mast héritent de l'auberge sur le Kniebis.

Lors de son mariage Martin est inscrit au registre paroissial d'Oppenau en 1653 qu'il est né catholique à Reichenbach (Klosterreichenbach), en 1632, Il est Sonnenwirt (aubergiste au Sonne) à Oppenau, Stabhalter (prévôt) et ses garçons d'honneur à son mariage sont : Michael Braun (le second mari de sa mère, propriétaire de l'auberge de Klosterreichenbach), Hans Jakob Erhart (second mari de sa belle-mère), Melchior Springer (1614 - 1678), bourgeois et boucher d'Oppenau, et Bernhard Klump de Reichenbach.

Martin envisage en 1654 de rejoindre son frère à Sélestat, car Johann Peter Mast devient boucher en gros fournisseur de l'armée française et s'agrège à la noblesse française[41].

Le prévôt d’Oppenau Martin Mast est d'abord Schultheiss (prévôt) de cette ville pour le compte de l’évêque de Strasbourg, véritable suzerain de la ville, simplement engagée aux Wurtemberg[42]. Entre 1592 et 1664, Oppenau est donnée en gage aux ducs de Wurtemberg, donc le Schultheiss ou prévôt peut être protestant, bien que la ville soit de tradition catholique (possession de l'évêque de Strasbourg). Mais, selon Fritz Mussler (geneanet), Martin Mast est Stabhalter = Schultheiss ou prévôt, donc à partir de 1664. Car, Oppenau redevient entière possession de l'évêque de Strasbourg et cette fonction devient interdite aux protestants, qui contournent cette interdiction en appelant leur prévôt Stabhalter (traduction littérale : celui qui tient le bâton, le bâton étant l'insigne de sa fonction de juge, d'où encore de nos jours le nom bâtonnier).

Martin Mast (1632 - 1675) décède le 7 octobre 1675 à Oppenau (donc dans l'Ortenau à l'époque d&pendant du diocèse de Strasbourg).

Martin Mast (1632 - 1675) et Anna Catharina Fischer (1636 - 1712) ont 11 enfants, dont Johann Georg Mast.


Ancêtre commun avec Wilhem Hausenstein (1882 - 1957), écrivain et critique d'art, premier ambassadeur de la République Fédérale Allemande à Paris après la guerre.

.

.

.

.

.

VIIe GÉNÉRATION[]

.

Oppenau.

Johann Georg Mast, dit Hansjorg est né le 30 décembre 1653 à Oppenau (donc dans l'Ortenau à l'époque dépendant du diocèse de Strasbourg). Il est décédé le 8 septembre 1716, à Linx, un quartier de Rheinau (ancien territoire du diocèse de Strasbourg), en face de Gambsheim, sur le Rhin), à l'âge de 62 ans.

Catholique de naissance : son parrain est Hans Jerg Widmann des Berck de Städlin ; marraine Maria Barbara Schulerin[43]. Ses deux fils nés à Kniebis qui sont baptisés à l'église protestante de Baiersbronn[44], car la plupart des habitants sont luthériens. À Oppenau son troisième enfant, une fille est baptisée chez les catholiques car les cathos y sont majoritaires.

Les Mast sont une famille célèbre qui compte de nombreux aubergistes et bouchers, autour de Baden, et même dans la plaine du Rhin autour de Lahr, selon Fritz Mussler.

.

.

.

.

.

Mariage avec une Neef (1680)[]

.

Ce Mast et sa première épouse, Kunigunda Neef (1652 - 1684), sont aubergistes à Kniebis (Baiersbronn).

Johann Georg Mast se marie, le 27 juin 1680, à Oppenau avec Kunigunda Neef (1652 - 1684), petite-fille d'un aubergiste et maître boucher. A l'origine les Neef sont une famille de petite noblesse connue dans la région de Schramberg depuis le XVe siècle. Ils sont Vogten (intendants d'un Landvogtei) ou Lehensträgeren (vassaux héréditaires).

Ce Mast, et sa première épouse, passent quelques années à Kniebis, un village près de Baiersbronn, où il est aubergiste. Le duc Eberhard von Württemberg inféode on grand-père Hans Georg Vischer d'Oppenau avec l'auberge sur le Kniebis, le 12 mai 1650. Il s'agit certainement de la même auberge. En 1681 naît un fils Johann Martin, en 1682 un 2e, Johann Peter. Il les fait baptiser à l'église protestante de Baiersbronn[45].

Cette année encore il quitte Kniebis et rejoint Oppenau, où son épouse a une fille baptisée catholique. Il est dit ancien propriétaire du Kniebis, boucher, logeant im städel[46].

.

.

.

.

.

Mariage avec Eva Lamprecht (fin 1684/1685)[]

.

Hans Jörg arrive à Brumath entre 1684 et 1685, depuis Oppenau. Sa présence est avérée à Brumath en 1685 : Hans Jörg der Metzger achète une vigne au Betzenberg à Brumath[47]. Les prés gras de la vallée de la Zorn sont réputés et les Mast sont maitres bouchers et également marchands de bestiaux. Il se marie avec Eva Lamprecht (fin 1684/1685), fille de Möbs mentionné parmi les bourgeois de Brumath, dans le tiers médian quant à la fortune, mentionné en 1674. En 1672, son beau-père possède la propriété avenue de Strasbourg, à gauche en sortant de la ville avant le pont de la Zorn (propriété Zimmer-Scheider, et celle qui lui est contiguë à l'arrière qui porte encore la marque Lamprecht de nos jours) : 142/ Möbs Lamprecht alhier, eigen. Zwo Hoffstätten darauf ietzt ein Hauß undt Scheür stehet, einseit neben Steffan Hummann alhier, anderseit neben dem Allmend an der Sorr, ziehet hinden uf Ulrichs Martin alhier, und fornen uf die Allmendt Landtstraß vor dem Thor.

En 1708 il donne une maison à son fils à Brumath derrière la tonnelle, se réservant le droit d’habitation ad vitam. Il signe aussi contrat de mariage de Daniel Mast à Brumath.

Après 1708, il réside ailleurs. Johann Georg Mast fait des affaires à Linx, en plus de son activité à Brumath. Linx, de nos jours, est un quartier de Rheinau (ancien territoire du diocèse de Strasbourg), en face de Gambsheim, sur le Rhin).

Johann Georg Mast est décédé le 8 septembre 1716 à linx, à l'âge de 62 ans.

Eva, sa veuve, se remarie le 30 novembre 1730 à Geudertheim, à côté de Brumath, avec Jacob Ritter, un aubergiste de 76 ans (né en 1653 comme Mast), qui décède un mois plus tard. Ces Ritter ne sont pas les mêmes que ceux alliés aux Mast. Il s'agit des Ritter qui sont les ascendants de Jacques Kablé, le député protestataire alsacien de 1870.

.

.

.

.

.

Vue sur la Forêt-Noire depuis la tour Buchkopf, à Oppenau.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

DESCENDANCE MAST[]

.



.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

NOTES ET RÉFÉRENCES[]

.

  1. Der Hof auf dem Huzenberg (Bühlerhof)
  2. Der Lehenshof auf dem Huzenberg
  3. Revue de Paris. Meline, Cans., 1842. pp. 113/114
  4. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  5. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  6. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  7. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  8. Ils m'ont haï sans raison. Jacob Rogozinski · 2015.
  9. La Peur en Occident: Une cité assiégée (XIVe-XVIIe siècle). Jean Delumeau · 2014.
  10. Oppenauer Hexenprozesse (Procès des sorcières d'Oppenau)
  11. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  12. [baiersbronn-weggefaehrte-francais.pdf Baiersbronn Compagnon]
  13. Baden et ses environs. Par Eugène Huhn - Page 164. Eugène Huhn · 1852.
  14. [file:///C:/Users/Utilisateur/Downloads/baiersbronn-weggefaehrte-francais (2).pdf Baiersbronn Compagnon]
  15. Itinéraire descriptif et historique des bords du Rhin, du .... Adolphe Joanne · 1854- Page 129.
  16. [baiersbronn-weggefaehrte-francais.pdf Baiersbronn Compagnon]
  17. Revue de Paris. Meline, Cans., 1842. pp. 113/114
  18. Manuel du voyageur sur les bords du Rhin ... - Page 574. John Murray (Entreprise), Jean Marie Vincent Andin · 1846.
  19. Baden et ses environs : Par Eugène Huhn - Page 164. Eugène Huhn · 1852.
  20. [http://www.klosteramt-reichenbach.de/vorfahren2.htm Die Vorfahren des Johannes Wurster (des Jüngeren) im alten Klosteramt Reichenbach
  21. Huzenbach im Musterungsregister von 1588
  22. Die Lehenshöfe zu Huzenbach 1600 - 1840 (Teil 2): Der Hof auf dem Huzenberg (Bühlerhof)
  23. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  24. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  25. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  26. [file:///C:/Users/Utilisateur/Downloads/baiersbronn-weggefaehrte-francais (2).pdf Baiersbronn Compagnon]
  27. [http://www.klosteramt-reichenbach.de/fotos.r14-gast.htm Die "Gastherberg" des Klosters
  28. Die Jahrbücher der Jesuiten zu Schlettstadt und Rufach, ... - Page 679. Jesuits. Alsace (France) · 1896.
  29. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  30. [file:///C:/Users/Utilisateur/Downloads/baiersbronn-weggefaehrte-francais (2).pdf Baiersbronn Compagnon]
  31. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  32. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  33. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  34. Die Jahrbücher der Jesuiten zu Schlettstadt und Rufach, ... - Page 679. Jesuits. Alsace (France) · 1896.
  35. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  36. Die Jahrbücher der Jesuiten zu Schlettstadt und Rufach, ... - Page 679. Jesuits. Alsace (France) · 1896.
  37. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  38. Ils m'ont haï sans raison. Jacob Rogozinski · 2015.
  39. La Peur en Occident: Une cité assiégée (XIVe-XVIIe siècle). Jean Delumeau · 2014.
  40. Oppenauer Hexenprozesse (Procès des sorcières d'Oppenau)
  41. Die Jahrbücher der Jesuiten zu Schlettstadt und Rufach, ... - Page 679. Jesuits. Alsace (France) · 1896.
  42. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  43. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  44. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  45. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  46. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
  47. Dr Daniel Zimmer, Les Mast : un cabinet de curiosités familial, Barr 2015.
Advertisement