Wiki Guy de Rambaud
(Page créée avec « brouillon La bataille de Covadonga thumb|260px|Bataille de Covadonga (été 722).[[Fichier:Pelayo0.jpg|thumb|260px|Pelay... »)
Balises : apiedit, Éditeur visuel
 
Balises : apiedit, Éditeur visuel
Ligne 38 : Ligne 38 :
   
 
Pourtant pour des légendes datant du XX<sup>e</sup> siècle se répandent en notre début de siècle. Pelayo est dit soit d'origines soit cantabres, soit hispano-romaines. Ces soi-disant historiens se fient à Al Maqqari (1591 - 1632), l'équivalent de nos hagiographes, vivant au XVII<sup>e</sup> siècle. Il sait - parait-il - que Pelayo est d'origine asturienne, et le premier d'entre eux. Comme pour la [[Bataille de Poitiers (732)]] ce propagandiste décrit la [[Bataille de Covadonga]] comme une embuscade, une escarmouche contre le Djihad. Ses soi-disant historiens se réjouissent que Al Maqqari Ibn Khaldoun compare Pelayo ''l'asturien'', à ''un âne sauvage''. Il s'agit là d'écrits haineux rédigés à une époque complètement différente de 722 (huit siècles plus tard), en Egypte. Al Maqqari (1591 - 1632) ne comprend rien à l'aristocratie gothe et peste contre un ennemi du Djihad. Les plumitifs qui pensent que son surnom, ''el-Rumi'', le romain, correspond à des origines romaines sont des ignares. Pour les Sarrasins les roumis désignent tous les Européens et même des séfarades ont comme patronyme Roumi.
 
Pourtant pour des légendes datant du XX<sup>e</sup> siècle se répandent en notre début de siècle. Pelayo est dit soit d'origines soit cantabres, soit hispano-romaines. Ces soi-disant historiens se fient à Al Maqqari (1591 - 1632), l'équivalent de nos hagiographes, vivant au XVII<sup>e</sup> siècle. Il sait - parait-il - que Pelayo est d'origine asturienne, et le premier d'entre eux. Comme pour la [[Bataille de Poitiers (732)]] ce propagandiste décrit la [[Bataille de Covadonga]] comme une embuscade, une escarmouche contre le Djihad. Ses soi-disant historiens se réjouissent que Al Maqqari Ibn Khaldoun compare Pelayo ''l'asturien'', à ''un âne sauvage''. Il s'agit là d'écrits haineux rédigés à une époque complètement différente de 722 (huit siècles plus tard), en Egypte. Al Maqqari (1591 - 1632) ne comprend rien à l'aristocratie gothe et peste contre un ennemi du Djihad. Les plumitifs qui pensent que son surnom, ''el-Rumi'', le romain, correspond à des origines romaines sont des ignares. Pour les Sarrasins les roumis désignent tous les Européens et même des séfarades ont comme patronyme Roumi.
  +
*
  +
*
  +
*
  +
*
  +
*
  +
*
  +
*
  +
*
  +
== NOTES ET RÉFÉRENCES ==
  +
.
  +
  +
<references />
  +
  +
  +
  +
  +
[[Catégorie:Reconquista]]
  +
[[Catégorie:Histoire du catholicisme en Espagne]]
  +
[[Catégorie:Al-Andalus]]
  +
[[Catégorie:Roi des Asturies]]
  +
[[Catégorie:Wisigoths]]
  +
[[Catégorie:Histoire de l'Espagne médiévale]]
  +
[[Catégorie:Bataille des Omeyyades]]
  +
[[Catégorie:Bataille d'al-Andalus]]

Version du 3 avril 2016 à 07:30

brouillon


                         La bataille de Covadonga


Bataille de Covadonga (été 722).

Pelayo.

La bataille de Covadonga

Le Akhbar Madjmu'a, recueil de récits historiques (XIe siècle) prétend qu'Uqba ibn al-Hachchach al-Saluli, seizième wali de Al-Andalus (734-741), conquiert Narbonne et la Galice, Álava et Pampelune, à l'exception de la sierra, en la cual se había refugiado con 300 hombres un rey llamado Belay, que les musulmans vont constamment harceler jusqu'à ce que leur nombre soit réduit à 30 hombres, que no tenian 10 mujeres[1].

Pelayo et ses guerriers affrontent sans cesse les Sarrasins :

Sur la Deva, rivière de Guipuzcoa, Pelayo remporte sa première sur les Arabes en 719[2].

Été 722 : Pelayo défait les forces maures de Cordoue à la bataille de Covadonga.

De là il poursuit les Maures jusqu'au León.

Le Simposio de Covadonga, en 2001, a une nouvelle vision des débuts de la Reconquista :

La bataille de Covadonga n'est pas le fait d'un peuple astur nouveau, par opposition aux anciens dominateurs wisigoths, mais bien comme l'affirme les chroniques asturiennes celles de nobles wisigoths et que la résistance de Pelayo doit se concevoir comme une actuation propre à un ancien domaine de l'ancien royaume de Tolède[3].

Avec le Roi Pelayo commence la Reconquista de l'Espagne sur les Maures.

.

Pourtant pour des légendes datant du XXe siècle se répandent en notre début de siècle. Pelayo est dit soit d'origines soit cantabres, soit hispano-romaines. Ces soi-disant historiens se fient à Al Maqqari (1591 - 1632), l'équivalent de nos hagiographes, vivant au XVIIe siècle. Il sait - parait-il - que Pelayo est d'origine asturienne, et le premier d'entre eux. Comme pour la Bataille de Poitiers (732) ce propagandiste décrit la Bataille de Covadonga comme une embuscade, une escarmouche contre le Djihad. Ses soi-disant historiens se réjouissent que Al Maqqari Ibn Khaldoun compare Pelayo l'asturien, à un âne sauvage. Il s'agit là d'écrits haineux rédigés à une époque complètement différente de 722 (huit siècles plus tard), en Egypte. Al Maqqari (1591 - 1632) ne comprend rien à l'aristocratie gothe et peste contre un ennemi du Djihad. Les plumitifs qui pensent que son surnom, el-Rumi, le romain, correspond à des origines romaines sont des ignares. Pour les Sarrasins les roumis désignent tous les Européens et même des séfarades ont comme patronyme Roumi.

NOTES ET RÉFÉRENCES

.

  1. Ajbar Machmua, p. 38.
  2. Dictionnaire des grandes batailles dans le monde européen, Claude Merle, Flammarion.
  3. J. Montenegro et A Del Castillo, Pelayo y Covadonga: una revisión historiográfica, en La época de la monarquía asturiana (Simposio de Covadonga 2001), Oviedo, 2002.